Aller au resto au Liban

Au Liban, il existe deux types de restaurant.

Le premier, c’est celui qu’ont connaît tous, où on s’assoit seul (très rarement) ou en compagnie (la plupart du temps), pour savourer un plat ou un menu individuel choisi dans la carte. Généralement, ce type de restaurant sert de la cuisine occidentale, la plupart du temps française et américaine. Beaucoup de restaurants ont une double carte, proposant en plus des plats typiquement libanais. Et les clients, y compris lorsqu’ils consomment une nourriture identifiée comme occidentale, apprécient de prendre un narguilé en même temps que leur repas, habitude proprement orientale.

Des narguilés à toutes les tables dans un restaurant  touristique du vieux Byblos.
Des narguilés à toutes les tables dans un restaurant touristique du vieux Byblos.

Souvent ces restaurants peuvent avoir une forme de bar, servant les boissons alcoolisées les plus branchées et proposant une rediffusion télévisée de clips et de matchs sportifs.

Restaurant-bar branché à Byblos. Dans cette zone touristique des vieux souks, ce genre d'établissement tend à remplacer, sous les arcades rénovées, les vieilles boutiques de souvenirs et d'objets artisanaux.
Restaurant-bar branché à Byblos. Dans cette zone touristique des vieux souks, ce genre d’établissement tend à remplacer, sous les arcades rénovées, les vieilles boutiques de souvenirs et d’objets artisanaux.

Ce restaurant, moitié libanais moitié occidental, on le trouve plutôt dans les centre-villes, de Beyrouth notamment, et dans les villes les plus touristiques de la côte. Il est surtout fréquenté le soir. Dans la jeunesse occidentalisée des classes moyennes et moyennes supérieures, on y va le soir, entre copains, passer un moment convivial et généralement alcoolisé. Mais vous y croiserez aussi des couples, de jeunes amoureux, fiancés, nouveaux mariés ou parents en escapade. Le midi, ce sera plutôt des touristes ou des salariés en pause déjeuner.

Ambiance romantique et tables pour deux, dans cette petite rue calme des vieux souks de Byblos.
Ambiance romantique et tables pour deux, dans cette petite rue calme des vieux souks de Byblos.

L’autre type de restaurant est le restaurant traditionnel libanais. On le trouve plutôt en montagne, sur les bords de route, ou en bord de mer. Très spacieux, il comporte souvent une ou plusieurs grandes salles et terrasses ombragées, entourées de jardins, de verdure et d’espaces de jeu. La décoration, discrètement folklorique, évoque souvent les bâtisses traditionnelles en pierres de taille de la montagne libanaise et ses intérieurs paysans.

Ici, l'ambiance traditionnelle, dans le restaurant d'un hôtel prestigieux de haute montagne, s'appuie sur la reconstitution d'une tente bédouine.
Ici, l’ambiance traditionnelle, dans le restaurant d’un hôtel prestigieux de haute montagne, s’appuie sur la reconstitution d’une tente bédouine.

On y va en famille, le plus souvent le dimanche midi ou le samedi soir. Ne vous trompez pas sur le sens du mot famille. Au Liban, en famille, c’est avec les grands-parents, les oncles et tantes, les cousins, les enfants… Parfois, c’est plus de cinq cents personnes qu’on rassemble, à l’occasion d’un mariage. Les tables sont prévues pour accueillir au minimum 6 ou 8 personnes. Le repas dure des heures et se décompose en 3 parties. Il commence inévitablement par le mezzé.

L’interminable mezzé occupe l’essentiel du repas.

Mezzé 3

Le mezzé, c’est une sorte d’apéritif géant qui forme en réalité le cœur du repas. Les boissons alcoolisées sont le plus souvent la bière, le whisky et l’arak. Elles sont accompagnées d’amandes fraîches, de bzourats (cacahuètes et compagnie) et de carottes crues.

Mais c’est surtout un ensemble de petits plats froids ou chauds servis dans des ramequins en terre cuite ou des petites assiettes. Le tabboulé (salade de persil) ou le fattouche (salade de saison), sont le plat central du mezzé.

Mezzé1
Tabboulé servi avec des feuilles de chou blanc.

Autour, viennent une assiette de légumes (tomates, salades, concombres, menthe), des feuilles de vigne, des purées comme le hoummous ou le baba ghannouj (caviar d’aubergine) et des frites (pour les enfants). On sert aussi des produits laitiers et des viandes. Parmi les produits laitiers, le labné (sorte de yaourt salé partiellement égoutté), du chanklich (labné séché au soleil et épicé), du fromage frais. Les viandes, en dehors des petites saucisses (makanek) et de la viande séchée, sont plutôt servies crues. Les favoris sont le foie cru d’agneau (saouda), et de la viande hachée de boeuf et d’agneau (kebbé, kafta). Traditionnellement, on se sert directement dans les plats, à l’aide d’un morceau de pain plié en cône. Il n’est pas rare que le narguilé, pour ceux qui le fument, accompagne le mezzé.

Mezzé 2
Kebbé (mélange cru de viande hachée et de blé concassé), saouda (foie d’agneau cru) et menthe fraîche.

Ce n’est pas tout de manger!

Après le mezzé, personne n’a plus vraiment faim. C’est le moment où arrivent les grillades (viandes et poisson) ou, dans les restaurant de bord de mer, le poisson frit.

Entrées chaudes, à base de viande, de pâte farcie et de fromage. C'est encore le mezzé!
Entrées chaudes, à base de viande, de pâte farcie et de fromage. C’est encore le mezzé!

Mais l’odeur appétissante des plats permet au repas de s’éterniser encore un peu et les parents essayent de ramener les enfants à table, car il y a un moment qu’ils sont partis vers les jeux.

Restaurant libanais 2

En effet, dans les restaurants traditionnels, il y a toujours une ou plusieurs zones réservées aux enfants, proposant des balançoires, des toboggans et divers jeux. Dans certains restaurants, vous trouverez même un manège miniature, un trampoline, une aire de mini-kart, voire un mini-zoo (où les animaux, il faut bien l’admettre, sont rarement en forme…).

Après les viandes, les enfants sont généralement repartis jouer. Arrivent alors d’énormes plats de fruits de saison, qui demeurent souvent à peine entamés.

Restaurant libanais 3

Le café (à la libanaise) suit, accompagné de raha wa bascotte (loukoums, qu’on mange au Liban écrasés entre deux biscuits). Vous en grignotez un distraitement pendant que les premiers convives quittent la table, qui pour amener un enfant aux toilettes, qui pour arracher le sien aux jeux de voitures, au trampoline ou à une partie improvisée de cache-cache.

C’est aussi le moment où l’on se dispute bruyamment pour savoir qui va payer l’addition. Car au Liban, traditionnellement, on ne paie pas chacun sa part. Dans les cas de grandes tablées, l’addition peut être partagée entre deux ou trois convives, qui invitent les autres. L’étalage de nourriture a un sens: on est là pour montrer qu’on a les moyens de régaler!

Puis, le restaurant se vidant petit à petit, les derniers à partir, entendent s’arrêter la bande de musique traditionnelle, libanaise et arabe, qui a accompagné l’ensemble du repas. Chacun est un peu somnolent d’avoir trop mangé et trop bu, peut-être dansé aussi. Le temps que de rentrer chez soi, la journée est presque terminée ou la nuit bien entamée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s